AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Orihime and Hiko-boshi's meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


Sasaki Suzano

Messages : 147
Age : 24
Emploi : Etudiente en Histoire et parfois pour arrondir les fins de mois Susano fait un peu de remplacement au lycée Raira
Localisation : Behind your back !!



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1Dim 10 Juil - 19:01

Orihime and Hiko-boshi's meeting  Tanaba11
Sur le lit, un yukata traditionnel est posé, les couleur son nombreuses, le tissus semble précieux, ancien. Il s'agit en réalité du yukata de sa mère, ce même yukata elle l'avait porté il y a bien longtemps pour le festival auquel allait se rendre Suzano, depuis toute petite déjà, elle avait des vu sur l'habit et rêvait d'en faire un jour l'acquisition, ce qui était chose faites, sa mère, sous sa demande, avait gracieusement cédé à sa fille le kimono et l'avait posté dans les plus bref délais. Ah le Tanabata! Suzano n'y avait jamais participé, mais elle se réjouissait déjà des festivité! Après tout, cette férue d'histoire ne pouvait que se réjouir de la célébration d'une telle légende? Et puis, il faut le dire, Suzano était assez portée sur ce genre d'histoire romantique!
La jeune femme tourna un instant devant son miroir, du maquillage? Non, la jeune Sasaki n'avait surement pas envi de ressembler à une Gyaru, les question s'orientaient plutôt sur sa chevelure, lâchée, attachée, lâchée, attachée? Et on opta finalement pour la simplicité, pas de pampille dans les cheveux, on les laisse naturel! Après ce questionnement primordial, la jeune japonaise saisit le vêtement bariolé entre ses doigts, elle observa un instant le yukata, comme saisit par les motifs, ses yeux glissaient sur les cascade fleurit, les pan de fumée brodée qui se perdaient dans le noir du tissus d'origine, quand ses yeux furent enfin satisfait et rassasiés par le spectacle elle enfila le kimono, qu'elle ferma avec soin par un obi dont le bleu gris rappelait vaguement les imprimés du yukata, s'accordant parfaitement avec ses yeux! C'est qu'elle avait le souci du détail! Et bien que les températures furent estivales, l'étudiante se saisit néanmoins d'un haori bariolée, les nuits restaient tout de même fraiches en cette saison. C'est fièrement, que sortie Suzano de son immeuble sous les compliments polis de la vieille femme qui habitait sur son palliée.

Dans les rues, une foules incroyable se pressait, profitant des nombreuses activités que proposait le festival. Il était amusant de voir tout Ikebukuro recouvert d'un manteau festif, la plus part des gens avait revêtu le traditionnel yukata, le sourire au lèvre, happée peu à peu par cette ambiance de fête, la blondinette se dirigea vers le parc central du quartier, décoré pour l'occasion. La jeune femme suivit alors les nombreux lampions qui éclairaient les chemins, se dirigeant avec un peu d'appréhension vers une sorte d'accueil installé pour l'occasion. Les hôtesses semblaient toute aussi enjouées et excitées que les participants, on incita alors la jeune femme à plonger sa main dans une urne pour en tirer un petit écriteau, la cadette des Sasaki ne compris pas tout d'abord de quoi il en retournait mais après les sages explications des organisateurs, la jeune japonaise prit donc sa route vers la cartes. Ce n'était pas bien simple mais Suzano parvint tout de même à déchiffrer ce morceau de papier de malheur et se mit en route pour retrouver son partenaire profitant par la même occasion de la fraicheur qu'offrait le parc. L'ambiance était chaleureuse, conviviale, les joies pouvait se lire sur les visages, joie que Suzano partageait avec quelque peu de mélancolie. En fait, la jeune femme passait de plus de temps le nez en l'air qu'à chercher celui ou celle avec qui elle allait passer sa soirée, il faut dire que les odeur de nourritures que dégageaient les stands étaient plus qu'alléchantes, et puis il fallait voir toutes ces décorations!
Finalement son petit plan l'attira loin de toute l'agitation, c'était un lieu un peu excentré, ou trônait fier un banc entouré d'arbre et de verdure. Comment Suzano pouvait-elle être sûre du bon emplacement? Et bien c'était simple, accroché à une pauvre branche une lanterne se balançait avec l'inscription « hoshi » peinte sur le papier, c'était ça le signe de son papier, mais il n'y avait toujours pas de trace de son ou sa Hiko-boshi, quelque peu déçue par cette absence Suzano s'assit tout de même sagement sur le petit banc essayant d'imaginer la personne avec qui elle allait se retrouver. Si c'était un homme elle espérait quelqu'un de sympathique en tout cas, elle n'osait imaginer devoir passer sa soirée avec une pierre tombale, peut-être qu'une fille bavarde aurait été la meilleur solution? Ou un gentil garçon...Peut-être allait-elle se retrouvait avec un ou une adolescente? Ou pire encore, peut-être allait-elle se retrouver seule! Décidément cette attente coutait bien cher au nerfs de la blondinette!
Revenir en haut Aller en bas


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


Suzaku R. Hatsuharu

Messages : 201
Emploi : Gérant du Ikebukuro Blue Note



Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Re: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1Lun 11 Juil - 7:10







Tic-tac, tic-tac, tic-tac -- Coucou ! Fais gaffe, les huissiers sont à tes portes ! Prends tes clics et tes clacs !

Réveil-matin, Ô doux appareil technologique de mes deux, qui me réveille toujours le matin dans un bruit assourdissant à vous pétez les tympans. Même chez les marines américains, ce n'est pas aussi dure.
Enfin... Je m'éloigne du récit. C'est sur ce conseil amical, qu'une petite voix aiguë comme celle d'un gosse s'étant shooté à l'hélium, se tût, tout comme une sonnerie tout bonnement infernale. Ah ! Un doux silence s'était établi dans chambre du quelconque gérant du Blue Note, THE bar jazzy connu à travers Ikebukuro pour la quantité hallucinante de boissons alcoolisées que l'on y sert.

Enfin... Quelconque ? Noooooooon... Ce mot n'existe pas à dans la cité de béton qu'est Ikebukuro. Après tout: ce n'est pas ici qu'un jeune homme à la force titanesque, habite ? Qu'un motard sans-tête hante les rues ? Qu'un homme au comportement d'enfant, connu comme étant le plus fort des informateurs de Tokyo, s'en allait et venait comme cela lui chante ? Ooh si. Et il y a tant d'autres individus surprenants qui peuplent cette cité !

Le gérant se leva, il portait le même costard-cravate que l'on portait dans les années 40-50. Bref un ensemble assez chic, sombre et qui disait aux autres: " J'ai du pognon à ras-bord dans les poches de mon manteau hyper-cher, maintenant dégagez de ma vue bande de pauvres ! ". Vous voyez le genre. La journée ne faisait que commençait tandis que Mr Suzaku descendait une à une les marches conduisant à son bar. Une journée à remplir les estomacs de jeunes gens avides d'alcool.

Le voilà, se tenant fièrement derrière son comptoir, attendant avec impatience son client. Mais personne ne venait. Pourquoi ? D'habitude, les habitués du bar étaient déjà là, à picoler jusqu'à ce qu'ils en aient ras le pompom... Ou alors qu'ils vomissent leurs tripes, au choix. Les heures passèrent tandis que le soleil déclinait encore et encore, comme toujours.

Il n'y avait personne, le bar était désert. Il n'y avait que le jeune adulte et une musique quelconque qui le plongeait lentement - mais sûrement - dans un doux sommeil.
Mais les choses ne se passèrent pas comme cela: un bruit soudain le sorti de sa sieste, par la fenêtre il voyait des feux d'artifices... Feux d'artifices ? Tanabata ? Déjà ? C'était tout simplement sorti de la tête de l'homme ! Cette fête célébrant les retrouvailles de deux tourtereaux...

Des souvenirs émergèrent de l'esprit embrumé du jeune homme: il se voyait, enfant, gambadant joyeusement dans les rues avec son père, durant le Tanabata... Ce vieil homme qui aimait à la folie, ses armes, semblait tenir à son enfant. Peut-être n'était-il pas un salaud comme le pensait Suzaku.
Mais au Diable ses pensées que voilà ! Reprenant complètement ses esprits, le jeune homme s'empressa de monter les escaliers menant à sa chambre et s'habilla en trombe: pas le temps pour le yukata !

Après avoir littéralement arraché son costume, il enfila un jean bleu clair, ine chemise noire aux rayures blanches et de belles pompes. Autant être présentable si l'on n'y allait pas en yukata ! Et n'oublions pas la cravate aussi !
En sortant, il fut aussitôt dans la foule: enfants, adolescents, parents et vieillards s'ammoncelaient dans les rues. Tout cela juste pour une fête ! N'est-ce pas croyable ?
Prit dans le raz-de-marée humain, il arriva au parc central, là où l'activité humaine était plutôt intense pour une fois. Pourquoi ? Eh bien disons qu'il y avait une sorte de... Jeu ? Apparemment, l'on devait tirer dans l'urne et, avec un seul indice, retrouver notre Orihime ou Hiko-Boshi.

Notre ami ici présent, fut carrément obligé de tirer un petit écriteau de l'urne. Cela ne lui plaisait pas trop d'aller à la chasse au ou à la partenaire de cette fête, les chasses aux trésors n'étant pas son truc...
Mais à son grand étonnemment, il s'efforça de trouver l'endroit où sa Orihime - ou son - devait être.

Verdure, la première chose qu'il remarqua ! L'endroit du rendez-vous était en pleine forêt ou quoi ? Il n'y avait que des arbres à perte de vue ! Ah... Mais qu'est-ce que c'est, là-bas ? Une jeune demoiselle, assied sur un banc, seule et... Une lanterne acrochée à une branche faiblarde, avec l'inscription 'Hoshi' dessus. Hoshi... Hoshi ? N'était-ce pas le signe du papier du jeune homme ?

Et il s'avère que OUI c'est le fameux signe: une étoile. Quoi de plus beau ? La jeune femme semblait un peu plus jeune que notre ami... Quatre ans de moins peut-être ? Qui sait ?
Confiant, il s'avança, l'air calme, puis à quelques pas de la jeune femme, il s'adressa à elle.

Mademoiselle ? Excusez-moi mais ne seriez-vous pas ma partenaire pour l'évènement de cette soirée ?
Revenir en haut Aller en bas


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


Sasaki Suzano

Messages : 147
Age : 24
Emploi : Etudiente en Histoire et parfois pour arrondir les fins de mois Susano fait un peu de remplacement au lycée Raira
Localisation : Behind your back !!



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Re: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1Mar 12 Juil - 1:51

Cela faisait une bonne dizaine de minutes que la jeune femmes attendais sur son banc décrépis, et ce n'est pas que l'endroit n'était pas spécialement accueillant mais cette ambiance reculée et perdue ne donnait pas que des frissons de plaisir à la blondinette. Quand on est une femme, que l'on se retrouve seule, ou presque, dans un parc la nuit tombée à attendre un sombre inconnu ce n'est pas forcement rassurant. Pour se rassurer d'une telle solitude la demoiselle leva les yeux vers le ciel regardant quelques étoiles. Ah ce soir Orihime pourrait revoir son amant et ses enfants, cette pensée lui arracha un sourire bien que ce ne fusse qu'un myth. La jeune femme tandis sa main vers le bout de ciel, étendant sa paume vers l'astre vespérale, ah ce qu'elle pouvait raffoler des nuit d'été comme celle-ci, surtout si elles étaient emprunte de légende et d'une certaine ambiance mystique.
Suzano pouvait même profiter des musique que l'on jouait au loin, la brise avait porté quelque notes fort sympathique jusqu'à son petit coin.


-Comme tu dois être heureuse Orihime-san...

Puis un bruit, comme des talon qui tapaient contre le sol, mais la démarche n'avait rien de féminine, la demoiselle se redressa une certaine appréhension la tenait, on écarta quelque branche, de là elle put vaguement distinguer une grande silhouette. Suzano se redressa plissa les yeux un instant, comme si cela allait l'aider à voir mieux!

-Mademoiselle ? Excusez-moi mais ne seriez-vous pas ma partenaire pour l'évènement de cette soirée ?

La blonde sourit, heureuse d'avoir enfin retrouvé son partenaire, elle se leva même de son petit banc dans un froissement de tissu léger, mais l'homme lui, car oui s'en était un, malgré sa coupe longue elle ne doutais pas de sa vision, ne portais pas de yukata, ça aurait pu la décevoir mais cette touche originale la fit sourire, un jean, une chemise, une cravate même! C'est qu'il s'était fait élégant son Hiko-boshi elle l'excusait même son manque de folklore.

-c'est bien moi!

La jeune demoiselle était souriante et avait reprit un peu confiance en elle maintenant qu'elle était accompagné. Elle s'inclina en un ojigi respectueux.

-Je suis Sasaki Suzano

La demoiselle regarda un instant l'inconnu avant d'esquisser quelques pas vers lui, cassant la distance entre eux. Elle se demanda un instant si il n'était pas européen mais quelques traits asiatiques lui épargnèrent cette question futile, et puis s'aurait surement été indiscret ou même déplacé. Il fallait à tout pris que Suzano réprime ses pulsions de bavarde ce soir, de peur d'effrayer son partenaire. Dans le ciel on pouvait déjà entendre quelques détonation, la mine de la blondinette n'en fut que plus réjouit, c'est qu'il fallait les voir ces feux de mille couleurs percer le ciel, habituellement si triste, d'Ikebukuro. La demoiselle sourit un instant avant de reposer son regard sur l'inconnu, elle se permit de le détailler un instant, bah il devait être un peu plus vieux qu'elle, 3 ans? 4 ans ? Elle ne savais pas trop quel écart elle partageait avec l'individu en tout cas...Il était plutôt mignon.
Revenir en haut Aller en bas


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


Suzaku R. Hatsuharu

Messages : 201
Emploi : Gérant du Ikebukuro Blue Note



Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Re: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1Sam 23 Juil - 20:02

*Oh faites que ce soit ma Orihime et que je ne me retrouve pas avec un homme ! C'est ce que devait se dire l'adulte en ce moment même. Connaissant sa bonne étoile, qui ne l'était pas tant que ça, la jeune femme devant lui aurait pu s'être simplement assise sur ce banc, tout en connaissant pas la teneur du signe peint sur la lanterne. Et Mme Irma aurait pu faire en sorte qu'un homme vienne à ce moment même et se révèle être l'Orihime de Mr Hatsuharu ! Oh que cela aurait pu être amusant ! J'ose imaginer la tête qu'aurait tirée notre jeune ami ! Priceless comme le dirait nos amis anglophones !

Mais le destin voulût que cela ne fût pas le cas -- et maintenant je dois 2000 yens à Bertrand... Mince -- ! Dommage. Le jeune homme lâcha un soupir de soulagement en apprenant que cette jeune inconnue était bien sa partenaire. Kâma soit loué ! Suzaku n'aurait certainement pas supporté d'être avec un homme. Ce genre d'évènement doit être partagé avec une personne du sexe opposé ! Les règles sont les règles.

A présent il observait la jeune femme de la tête aux pieds: un joli brin de femme, une blonde aux yeux bleus. Européenne ? Etant donné les traits asiatiques qu'elle possède, j'en doute fort. Peut-être s'est-elle teinte et utilise des lentilles colorées ? Qui sait ? Cela n'enlevait rien à son charme et au plus que lui procurait son yukata. Pour la première fois de sa vie, le barman se sentait légèrement stupide de n'avoir pas pris son temps pour se vêtir d'un yukata. Bah ! Le mal est fait, autant profiter du moment présent !

La blondasse le fit sortir de ses rêveries en lui. Sasaki Suzano... Suzano ? Comme la divinité du folklore japonais ? C'était plutôt... Original. Enfin Suzaku pouvait en dire autant étant donné que son prénom évoque le nom de l'Oiseau Vermillon du Sud, tiré du zodiaque chinois.
Quoi ? Il devait se présenté à présent ? Lui qui aurait voulu garder l'anonymat pour une fois... Bah.

« Joli nom que vous avez là, ma chère demoiselle. Pour ma part, je me nomme Suzaku Ryotaro Hatsuharu. Mais appelez-moi Suzaku, autant faire court non ? »

Dit-il en affichant un sourire charmeur. Quoi ? On ne peut plus draguer les jeunes femmes de nos jours ? Tss... -- Oh oh ! La jeune femme vient de briser la distance entre eux deux et vient d'entrer dans le périmètre de Suzaku ! Elle ne le respecte pas ! VAS-Y SUZAKU APPRENDS A TE FAIRE RESPECTER ! CASSE LUI LA GUEULE !

...

Erm... Je pense que je me suis quelque peu emporté. Désolé pour cela.
Apparemment, notre amie la blondinette observait le gérant de bar, le jugeait. Sa curiosité semblait avoir pris le dessus. Enfin qui suis-je pour penser cela ?
Quelques détonations vinrent briser le silence qui s'était imposé. Les feux d'artifices avaient du succès cette année -- comme d'habitude -- on dirait.

« Hum... Et si nous allions voir du côté des stands des alentours ? Après tout: c'est la fête ! Autant en profiter ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Ikebukuro, c'est chez moi !
Ikebukuro, c'est chez moi !


Sasaki Suzano

Messages : 147
Age : 24
Emploi : Etudiente en Histoire et parfois pour arrondir les fins de mois Susano fait un peu de remplacement au lycée Raira
Localisation : Behind your back !!



Feuille de personnage
RP en cours :
Relations:

Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Re: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1Jeu 25 Aoû - 21:03


« Joli nom que vous avez là, ma chère demoiselle. Pour ma part, je me nomme Suzaku Ryotaro Hatsuharu. Mais appelez-moi Suzaku, autant faire court non ? »


Suzaku ? Ma foi c'était un nom charmant surtout si on prend en compte que son frère avait failli être baptisé ainsi. Mais ce nom japonais n'arrivait pas à s'imprimer sur les traits asiatiques du jeune homme. Peut-être était-il eurasien? Surement, il n'y avait que ça pour l'expliquer!

"Suzaku? Comme le soixante-et-unième empereur du japon? Ou alors comme Zhu Que...."

La jeune blondinette stoppa alors son flot de parole. Elle ne pouvais pas s'en empêcher! Quand quelque chose lui évoquait l'histoire elle devait le dire tout haut. Et puis ce n'est pas comme si le passé ou les légendes intéressait tout le monde. En tout cas on ne pouvait pas mieux tomber, deux sortes de divinité, ou du moins seulement par leur nom, qui se rencontrait! C'était assez amusant quand on pensé à l'histoire du Tanabata à vrai dire !
Mais déjà au loin on pouvait entendre quelque détonation avant que de voir le ciel nocturne bariolé de fleurs lumineuses. Suzano ne put s'empêcher de sourire, ébêtée, comme un enfant qui voit ce genre de spectacle pour la première fois. Pas effrayé pour un sous par les feus d'artifice la blondinette observait avec attention ces pétale d'étincelle aux couleur multiples et variantes avec un joie non restreinte.


« Hum...Et si nous allions voir du coté des stands des alentours ? Après tout: C'est la fête! Autant en profiter! »

La jeune Sasaki ne put s'empêcher d'acquiescer en un petit « hum » joyeux et dynamique, avant d'avancer vers la foule que comptait le parc. C'était une procession de tissus chamarrés, de couleur extravagantes ça et là, un vrai plaisir pour les yeux! On se croirait à Edo, mis à part quelques petite faute historique ça et là. Et bien que son compagnon n'ai pas revêtu l'habit de mise elle ne lui en voulait en aucun cas et était même assez fier d'avoir décroché un tel numéro! Et puis le groupuscule ne passait pas inaperçu, deux blond dans Ikebukuro, bien que cette couleur soit à la mode, ça se remarquait tout de même au milieu de tout ces bruns!
Les explosions semblait de plus en plus proches, et la foule qui s'amassait en un seul endroit en disait long quand à la proximité de ces dernières, Suzano souri un peu émerveillée par ce spectacle peu anodin, avant de se retourner vers les stands. C'est qu'il y avait de tout ma foi! Autant de nourritures que d'activités à tester! Et la demoiselle s'empressa de se diriger vers le stand de takoyaki prenant bien soin d'en acheter une pour son partenaire et elle même avant de tendre la succulente brochette ou blond tout en réglant le pauvre marchand qui commençait à s'impatienter.


« Itadakimasu! »

c'est qu'elle raffolait de ces chose là notre Suzano, on se demandait juste où elle mettait les calories...Peu importe! Suzano avait déjà repéré un tas de stand mais elle ne voulait bien entendu et en aucun cas forcé la main de l'homme qu'elle venait de rencontrer. La demoiselle inspecta alors avec précaution son porte monnaie, à la recherche du peu de monnaie qu'il lui restait mais alors que la blonde venait de réunir la ronde somme de 3 yen quelque chose sembla s'échapper de la petite pochette bariolée.

« hm ? »

Suzano se pencha saisissant entre ses doigts un petit bout de papier de couleur. Ah mais bien-sûr! Elle avait failli oublié! Son voeux!
Il faut dire que les bambous ne couraient pas le quartier, elle l'avait donc caché en lieu sûr afin de pouvoir le déposer quelque part dans le Minami.


« Vous avez fait votre voeu Suzaku-san ? »

L'étudiante avait relever ses prunelle cyan vers l'inconnu. C'est que c'était la tradition! Écrire son souhait sur un petit bout de papier bariolé avant d'aller l'accrocher à un morceau de bambou, ainsi on pouvait espérer voir son rêve se réaliser dans l'année. C'était stupide mais, Suzano, un peu superstitieuse, ne dérogeait jamais à cette règle.
Et quel souhait avait-elle bien pu formulé cette année? Et bien mesdames et monsieur le même que l'année dernière, et l'année d'avant! Comme c'est original...On pouvait donc lire griffonné sur le petit papier « santé et prospérité pour tous, chance en amour et au travail! ». C'était basique mais loin d'être stupide, et jusque là tout c'était accompli, sauf peut-être pour l'amour, mai de ce coté là elle ne désespérait pas trop, elle était encore jeune et finirais bien par trouver chaussure à son pied!

Son regard se posa à nouveau sur son acolyte. Avait-il au moins formulé quelque chose? La demoiselle sourit un peu gêner avant de passer la main dans sa pochette et d'en sortir un stylo ainsi qu'un petit morceau de parchemin froissé.

« Si vous ne l'avez pas fait c'est le moment au jamais! »

La demoiselle tendit gracieusement ce petit « présent » au blond avant de filer vers le premier bambou pas trop encombré par ces petit rêve sur papier afin d'y accrocher le sien, le sourire aux lèvres.
Cependant un peu plus loin quelque chose attira son regard, une...une maison hantée? La demoiselle jeta un regard implorant à son compagnon. « Allez sois sympa, allons y! » ça disait. Suzano surit légèrement, on aurait dit qu'elle retombait en enfance! Sans vraiment ce préoccuper de ce que pourrait dire son comparse sur ce soudain rapprochement, la blondinette saisi la main de son acolyte avant de l'entrainer vers l'accueil de cette dites maison hantée.
Le jeune homme à l'entrée, bien qu'il portait un masque de kitsune on pouvait facilement reconnaître une physionomie masculine, salua les jeunes gens avant de s'assurer que chacun était prêt.


« ça vous tente Suzaku-san? »

Pas d'objection? Très bien! Le jeune homme pressa alors le « couple » vers un petit coin broussailleux du parc. Une maison hantée en plein air? Suzano avait le vague souvenir de ce genre de stand lorsqu'elle était enfant, mais on la trainé toujours de force dedans. Les choses avaient bien changé, et du haut de ces 24 ans, bien qu'elle ne soit pas très fière en pleine obscurité, elle était sûre de n'avoir rien à craindre. Mais c'ets vrai qu'en s'enfonçant dans ce petite « bois » elle n'en menait pas large. Alors sortant de nulle part, un « esprit » kimono blanc et toute la panoplie, passa comme une âme en peine devant les deux jeune gens. Cette apparition d'outre tombe donna des frissons à la jeune Suzano et lui arracha un rire jaune. Mais pas de cris, non, elle avait tout de même son honneur, et puis elle n'allait pas percer les tympans du jeune homme avec qui elle était alors qu'elle le connaissait à peine. Ou pas...Ce cri là elle ne pu s'empêcher de le lâcher. Il faut dire que la surprise elle détestait ça. Elle avait à peine tourné la tête deux secondes qu'elle voyait, posté droit comme un piqué derrière son comparse, une main posé sur l'épaule de ce dernier, une sorte d'oni dégoulinant de sang. Suzano lacha un rire bon enfant, un peu amusé par sa propre bêtise, avant que l'acteur ne retourne bien sagement à son poste.

« Désolée! »

Lâcha-t-elle entre deux rires.
Revenir en haut Aller en bas










Orihime and Hiko-boshi's meeting  Vide
MessageSujet: Re: Orihime and Hiko-boshi's meeting    Orihime and Hiko-boshi's meeting  Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 

Orihime and Hiko-boshi's meeting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Durarara!! Forum & RPG ::  :: 
Minami Ikebukuro Park
 :: Festival du Tanabata :: Suzaku x Sasaki Suzano
-